Un hôtel de tradition familiale en Valais

L’hôtel Bivouac Napoléon à Bourg Saint Pierre

Bourg Saint-Pierre, dernière localité valaisanne avant l’Italie !  C’est dans ce village du Val d’Entremont de quelque centaine d’habitants que 40 000 hommes de l’armée de Napoléon ont passé, avant de franchir le col du Grand Saint- Bernard pour la bataille de Marengo. Sur cet emplacement, ils ont établi leur campement militaire. Ici même, qu’en 1800, ils ont bivouaqué en laissant une dette de Fr. 40 000.- de l’époque à la commune.  Au Bivouac Napoléon, à 1632 m. d’altitude, vous marchez sur les traces de l’empereur des Français.

Que vous soyez un historien fan de Napoléon, un pèlerin sur la via Francigena, un randonneur aguerri sur le chemin des cols alpins ou encore un visiteur de passage avant de rejoindre le Val d’Aoste…en séjournant à l’hôtel Bivouac Napoléon, vous faites partie des millions d’humains qui, au fil des années, des siècles, ont transité par ce lieu. Vous entrez dans l’Histoire !

Bivouac Napoleon - WHCEt des histoires, il y en a pléthores du côté de Bourg Saint-Pierre, le pays du Saint-Bernard. D’Hannibal à Napoléon, Martine les connait toutes les petites histoires et grandes anecdotes de son village, et également toutes celles liées à son hôtel. Elle aime les raconter et les partager avec ses fidèles clients. Martine a grandi au Bivouac Napoléon. Regardez, sur cette photo, on y voit d’ailleurs « sa 1ère voiture » comme elle aime à plaisanter. Sa poussette d’enfant est au pied des escaliers de la terrasse d’autrefois. Retour aux origines.

En 1960, avec la construction de la route et le projet de chantier du tunnel du Grand Saint Bernard, les parents de Martine voient une formidable opportunité à saisir et construisent l’hôtel-restaurant. Bourg Saint-Pierre, qui n’était alors accessible qu’en été, change de visage et devient une petite station de haute altitude avec ses hôtels, ses commerces typiquement suisses avant la frontière. Les débuts d’une nouvelle ère, à vocation touristique, commence. L’hôtel Bivouac Napoléon ouvre ses portes. Son petit bâtiment d’origine s’est agrandi avec le temps, au fil des évolutions et l’établissement s’est adapté aux changements de clientèle, aux  mutations transfrontalières et autres bouleversements.

 

Aujourd’hui, le bâtiment de style chalet aux fenêtres garnies de géraniums abrite 30 chambres, une grande salle de restauration de plus de 200 couverts, une terrasse, un spa. L’hôtel accueille randonneurs et contemplateurs en quête d’évasion alpine tandis que le restaurant attire une belle clientèle de locaux séduits par une cuisine maison de saison.60 ans après sa création, la seconde génération est à l’œuvre… depuis déjà 40 ans. Avec cœur et passion. L’esprit familial perdure. Très attachée à son hôtel, Martine, accompagné de son mari Claude, veille avec dévouement et sincérité pour de jolis moments de partage avec ses hôtes. Pour cette hôtelière née, sa satisfaction est de voir ses clients repartir avec le sourire. Le sourire fait partie de la maison.

Claude, lui, est un multi-passionné. Berger, agriculteur, chasseur, hôtelier, cafetier, menuisier-charpentier, il multiplie les casquettes au sein de l’hôtel. Martine rêvait d’un espace bien-être pour ses clients, il construit un spa de 1ère ordre, une bulle de bonheur mise gracieusement à la disposition des clients. Les chambres devenues vintage ont besoin d’être rafraichie, il les met au goût du jour avec beaucoup de soin en utilisant des matériaux de qualité et en optimisant le confort des clients. Au restaurant, il a un rôle clé, il est le fournisseur de bons nombres de produits régionaux : de l’agneau bio à la chasse locale. La qualité est dans l’assiette et les locaux affluent chaque fin de semaine pour déguster les mets concoctés par le chef Mattéo.  Il parait même qu’en période de Covid, les habitants venaient séjourner à l’hôtel pour profiter de la bonne cuisine régionale du Bivouac Napoléon. C’est dire si l’adresse régale !  Claude, c’est aussi le monsieur Bons Plans, celui qui partage ses coins coup de cœur, qui renseigne volontiers les clients sur les parcours et itinéraires de randonnées pendant que Martine soigne les détails de son établissement en créant des atmosphères, des ambiances intimistes. Elle aime son hôtel et elle aime qu’on s’y sente bien. Fière de son équipe, elle gère une dizaine de collaborateurs avec respect et reconnaissance mutuelle.  Elle perpétue la tradition hôtelière transmise par ses parents. Jeanne-Marie, sa maman, n’est pas très loin, elle est  là discrète, dans un coin de la salle, et elle plie les serviettes de table. Un véritable hôtel de tradition familiale où l’amour du métier est bel et bien présent.

Y aura-til une 3ème génération aux commandes, une relève pour prolonger ce sens de l’hospitalité ? La réponse est…NON ou PEUT-ETRE ! Les deux filles de Martine et Claude ont choisi des voies bien différentes. L’une est de profession médicale, l’autre est dans l’enseignement et est aussi l’auteur du livre « Il était une fois… au pays du Saint-Bernard ». Une création WHC !

Pour combien d’années encore, pourrons-nous goûter à l’accueil de Claude et Martine ? Le souhait de Martine, transmettre son hôtel à d’autres amoureux de l’endroit qui sauront continuer l’héritage de ses parents afin de savourer enfin une retraite bien méritée et profiter de la vie paisible de Bourg Saint-Pierre. Si, chez WHC, on avait une baguette magique, on exaucerai sans hésiter le souhait de Martine. Le plaisir de lui faire plaisir comme elle sait si bien le faire avec ses hôtes depuis 40 ans ! En attendant, poussez la porte de cet établissement et offrez-vous un moment de convivialité avec Claude et Martine.